Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 18:36
Appel a creation a Cherbourg (50) France en 2019.

Le Bato Un spectacle de Wunderbar CompleX Epopée transe-océane pour villes, villages et quartiers. Le Bato c’est une arche sans déluge ni capitaine, un refuge pour nos rêves, un rempart à l’indifférence et un vaisseau aux émotions perdues. Le Bato c’est une petite planète, la notre. Le Bato, c’est un acte artistique rigoureux et un espace de liberté qui échappe à l’uniformité, à la banalité et au conventionnel. Le Bato c’est un acte de résistance inattendu, populaire et joyeux. A la grisaille des chiffres et de l’actualite je veux opposer la dignité, l’intelligence et l’émotion du spectacle gratuit. Le Bato n’a de sens que parce qu’il est un événement a lui seul. Ce n’est pas un char échappé du carnaval ni l’ours bien dressé du montreur. C’est un spectacle généreux, c’est du théâtre fort, sans concession. Lorsque les passagers tirent Le Bateau, ils le tirent vraiment. Lorsque la vigie guette elle s’assure vraiment que la rencontre physique de l’engin avec le public se passe pour le mieux. C’est un défi de poursuivre une telle aventure, d’arriver à provoquer la surprise pour mieux rassembler et être en résonance avec la ville. C’est le plaisir qui mène le jeu. Je veux offrir aux passants des parcelles de rêve, des moments d’émotions qu’ils rapporteront chez eux. Même s’il n’y en a qu’un, j’aimerais qu’un spectateur au moins, en regardant Le Bato, ai la vanité de croire ne serait-ce qu’un instant qu’au-delà de sa rue le monde entier est devenu une scène de théâtre. Le Bato ne raconte pas une histoire mais une palette de scènes, de vignettes et d’images chacune avec sa musique, son émotion et son but.

Je crée un collectif d'artistes dans le Nord Cotentin. Rejoignez -moi! 

Recharger la pile de l'imaginaire et nourrir un pot commun d'émotions et de valeurs ajoutées, transmettre ma passion du théâtre de rue, vivre l’exceptionnel par la métaphore, se frotter ensemble aux sujets de société, redistribuer les relations à l’art par l’échange. Voici mon job pour les annees venir. Il ne manque plus que vous. Osez!

Appel a creation a Cherbourg (50) France en 2019.

Le Bato 

Un spectacle de Wunderbar CompleX

Epopée transe-océane pour villes, villages et quartiers.

 

Le Bato cest une arche sans déluge ni capitaine, un refuge pour nos rêves, un rempart à l’indifférence et un vaisseau aux émotions perdues.   

Le Bato c’est une petite planète, la notre.

Le Bato, c’est un acte artistique rigoureux et un espace de liberté qui échappe à l’uniformité, à la banalité et au conventionnel.

Le Bato c’est un acte de résistance inattendu, populaire et joyeux. A la grisaille des chiffres et de l’actualite je veux opposer la dignité, l’intelligence et l’émotion du spectacle gratuit.  

Le Bato n’a de sens que parce qu’il est un événement a lui seul. Ce n’est pas un char échappé du carnaval ni l’ours bien dressé du montreur. C’est un spectacle généreux, c’est du théâtre fort, sans concession. Lorsque les passagers tirent Le Bateau, ils le tirent vraiment. Lorsque la vigie guette elle s’assure vraiment que la rencontre physique de l’engin avec le public se passe pour le mieux. C’est un défi de poursuivre une telle aventure, d’arriver à provoquer la surprise pour mieux rassembler et être en résonance avec la ville. C’est le plaisir qui mène le jeu. Je veux offrir aux passants des parcelles de rêve, des moments d’émotions qu’ils rapporteront chez eux. Même s’il n’y en a qu’un, j’aimerais qu’un spectateur au moins, en regardant Le Bato, ai la vanité de croire ne serait-ce qu’un instant qu’au-delà de sa rue le monde entier est devenu une scène de théâtre. 

 

 

Appel a creation a Cherbourg (50) France en 2019.

 

Le Bato c’est une aventure collective. Je voudrais que mes idées se mélangent aux suggestions des bénévoles qui participent a la création. Rien n’est possible sans eux, tout est possible avec eux.

Je ne veux pas d’un spectacle où l'artiste se trouve d'un côté et le public de l'autre. La communion doit avoir lieu.  Les grandes manifestations d'art de rue, les raves, les festivals renouent - peut-être sans le savoir -avec l'attirance pour le rituel et la procession mystique, et chez les jeunes avec le passage initiatique.

La déambulation est un des signes les plus adaptés au langage des foules et des grands espaces. Dans sa version déambulatoire et modulable sur plusieurs jours Le Bato devient un grand rêve voyageur qui traverse la ville. Une allégorie, un hommage aux gens qui voyagent, aux colporteurs d’histoire, aux poètes et aux conquérants de l‘inutile.

Le déplacement du Bato est construit sous forme d’apparitions successives, rythme qui prend le public par surprise, à revers afin de le capter, l’entraîner, lui raconter et peut-être l’embarquer comme passager.

Dans des mondes très anciens, l'art était la vie dans tous ses actes. Les chants scandaient la moisson ou la chasse, la peinture ornait le corps pour le rituel. On dit que c'est le pouvoir collectif d'un chant qui décuplait la force des anciens polynésiens afin qu'ils puissent transporter leurs colossales pierres sur les lieux de cérémonies. Chez les pécheurs de perles du Golfe Persique, il y a encore à peine quelques dizaines d'années le timonier de l'embarcation était chanteur et tous les marins tambourinaires et choristes, et seule la transe procurée par ce chant les rendait aptes à de telles plongées en apnée. Plus prêt de chez nous en Normandie et dans toutes nos provinces les corvées saisonnières étaient très souvent rythmées au son d’un instrument de musique.

Je souhaite que les escales du Bato attirent les habitants de la ville et de l’agglomération, mais aussi ceux de la région, de la France et pourquoi pas du monde.  Avec Le Bato je veux renouer avec une tradition perdue de la fête populaire. Je veux recréer un événement culturel qui va permettre au public de vivre un moment fort et mémorable et recréer une identité collective oubliee.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ahem
commenter cet article

commentaires

Les Geants De La Rue